Témoignage de Thomas

Thomas est un jeune homme ayant été atteint d’anorexie.

«  Nous sommes comme des nains assis sur des épaules de géants. « 

De cette métaphore attribuée à Bernard de Chartres, reprises par Pascal et Newton entre autres, nous pouvons en percevoir plusieurs sens. Utilisée initialement pour montrer l’importance pour tout homme ayant une ambition intellectuelle de s’appuyer sur les travaux des grands penseurs du passé, cette métaphore s’étend au-delà, afin de percevoir le lointain, peut-être de voir le soleil se lever à l’aube. Être juché sur les épaules de géants, c’est aussi s’élever, grandir en s’appuyant sur nos ressources passées. Celles de nos ancêtres, de leur sagesse, de leur intelligence, de leurs bêtises aussi. Car, de là-haut, nous percevons mieux l’horizon. Juchés sur les épaules de ces géants, nous avons le droit d’essayer, de nous tromper et de là-haut, nos pieds ne tremperont pas dans la fange.

Nous avons aussi le droit de nous fissurer, d’être érodés par le temps, la pluie et le vent, car les géants sont robustes. Juchés sur leurs épaules, c’est aussi une manière d’être le dernier maillon de la chaîne. Finalement, c’est être celui sur lequel ne pèse aucun poids. Ni celui de la culpabilité des actions passées, ni celui d’avoir la responsabilité des prises de décisions importantes. Vivons, pleinement, sobrement et léger sur les monticules du passé avec l’avenir radieux à l’horizon.

Vous pouvez retrouver sur ce lien le témoignage de Denis, père de Thomas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *